Le budget Municipal 2019 - Retrouvez mon intervention au Conseil du 1 Avril

Publié le par JJM

Les dotations aux collectivités locales ont commencé à baisser sous Nicolas Sarkozy et ont fortement été amputées sous François Hollande. Le gouvernement d'Emmanuel Macron a pour sa part proposé le maintien de la DGF, et il tient parole.

Concernant la ville de Poitiers comme nous avons pu en débattre, elle est gagnante puisque les dotations globales de fonctionnements augmentent de 1,6%, d’une part, par l’augmentation de la DSU, qui bénéficie aux villes dont les ressources ne permettent pas de couvrir l'ampleur des charges auxquelles elles sont confrontées et d’autre part, par l’augmentation de la DNP qui vise à corriger les insuffisances de potentiel financier, ce qui est le cas de cette ville.

Vous nous annoncez une non augmentation des taux pour 2019, ça laisse croire qu’en ne touchant pas la part communale, les impôts n’augmentent pas, c’est faux. Avec 0 %, soit la stabilité fiscale locale, les impôts augmenteraient automatiquement de fait de l’augmentation de 2,2% du taux base.

La réalité donc, est que nous arrivons à une augmentation de la fiscalité payée par les Poitevins en 2019 de +2%, bien supérieure à l’inflation prévisionnelle de 1,3 % et supérieur à la croissance des dépenses de fonctionnement autorisée par l’état 1,2%.

A cela l’on peut ajouter l’augmentation des prix des services rendus par la ville, comme la restaurations scolaires, l’accueil périscolaire, l’occupation commerciale du domaine public, dont les tarifs ont augmenté d’au moins 2% depuis le dernier budget.

Vous nous parlez d’un budget solidaire, en axant vos interventions sur l’éducation, la culture et la solidarité quotidienne, je souhaite juste rappeler que ce sont les principales compétences de la ville.

Cependant, bien que la partie économique soit de la compétence de la communauté urbaine, nous étions en droit d’attendre un peu plus d’attention sur le commerce de centre-ville et sur notre développement économique.

De l’activité économique dépend directement l’emploi et de la réduction de la pauvreté, dont le taux stagne depuis 2014 à environ 23%. L’emploi contribue au maintien voir à l’augmentation de la population, et permet de fixer sur notre territoire, nos jeunes et nos étudiants, permettant ainsi d’obtenir des revenus. Ces mêmes revenus donnant du pouvoir d’achat, et ce pouvoir d’achat permettant le développement du commerce et contribuant à l’attractivité et donc de procurer directement et indirectement des recettes pour la ville. C’est un cercle vertueux.

Enfin, est ce que la réappropriation du Palais des Ducs d’Aquitaine par les Poitevins avec le projet dit Traversées, nécessite un budget de 1,2ME, qui fait qu’en réalité la section de fonctionnement du budget augmente de 2,4%.

Pour toutes ces raisons nous voterons contre ce budget.

JJM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article